Passer au Contenu

À Propos de l’Aapravasi Ghat - Dépôt d’immigration

Gravissez les marches de l’histoire, rendez hommage à ces hommes, femmes et enfants qui furent les acteurs et les témoins d’une expérience qui marqua à jamais l’avenir de l’île Maurice. L’Aapravasi Ghat est un lieu historique, habité par le souvenir des nombreux travailleurs engagés. Construit en 1849, ce site fut inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en 2006.

Aapravasi Ghat - Dépôt d’immigration à Maurice

Ce fut sur ces quais que des milliers et des milliers de travailleurs engagés transitèrent avant de prendre le chemin d’une nouvelle vie sur l’île ou pour reprendre le large pour La Réunion ou d’autres contrées lointaines. Le site comprend également le Centre d’Interprétation Beekrumsing Ramlallah qui retrace à travers une exposition la valeur universelle de l’Aapravasi Ghat.

Aapravasi Ghat - Emblème d’identité Mauricienne

Situé à Trou Fanfaron à côté de l’enceinte portuaire, l’Aapravasi Ghat est l’un des deux sites mauriciens inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. Appelé d’abord Coolie Ghat ou Place de l’Immigration, c’est en 2001 que le site fut nommé Aapravasi Ghat - qui signifie en sanskrit « rivage /dépôt d’immigration ». De par sa position géographique, Maurice resta pendant longtemps la plaque tournante de l’immigration globale vers les autres colonies.

Aapravasi Ghat - Dépôt d’immigration à Maurice

Entre 1834 et 1920, ce ne fut pas moins de 462 000 immigrants venant principalement d’Inde, certains de Chine, de Madagascar ou d’Afrique, qui s’engagèrent à travailler sur les différents camps sucriers à travers l’île.

L’Aapravasi Ghat est reconnu car il commémore les premiers pas sur leurs nouvelles terres des ancêtres de la majeure partie de la population. Est aussi célébré le rôle que tint le site pour l’ensemble de la diaspora indienne, étape sur la route engagiste.

Maurice a été la pionnière de la Grande Expérience; débutant officiellement en 1834, elle avait pour but d’apporter la main d’œuvre nécessaire afin de remplacer les esclaves et dans le même temps faire vivre une industrie sucrière qui prenait alors une envergure internationale.

Recrutant en Chine et en Afrique à ses débuts, l’immigration se tourna finalement essentiellement vers l’Inde; le continent africain fut écarté pour des raisons déontologiques et politiques suite à l’esclavage. Le recrutement d’engagés chinois fut lui résigné car ils ne s’adaptèrent pas aux conditions de travail, devant trop souvent être rapatriés.

Aapravasi Ghat - Site Historique

Étape initiale de la visite, les vestiges archéologiques et les présentations dynamiques du centre permettent une compréhension exhaustive du site et de son patrimoine. Rivage d’une nouvelle terre et d’une nouvelle destinée, l’Aapravasi Ghat reste avant tout un lieu célébrant la mémoire de nos ancêtres et de ceux qui auront façonné notre société.

Le site fut initialement choisi en 1849 pour accueillir le nombre croissant d’immigrants; un ancien bâtiment français datant d’avant 1775 servit de base initiale pour le complexe mais il fut au fil des années aménagé et agrandi afin d’héberger les centaines d’immigrants qui y transitaient. Ceux-là y séjournaient parfois quelques jours, selon les procédures administratives et médicales, également en attendant leur acheminement vers les camps sucriers ou l’embarquement vers d’autres pays. En 1864, le complexe avait déjà été scindé en deux par le chemin de fer; une grande partie fut rasée dans les années 1970 pour faire place à la gare routière et à l’autoroute.

Aapravasi Ghat - Dépôt d’immigration à Maurice

Il reste depuis moins de la moitié de ce qui fut un temps la Place de l’Immigration; les éléments les plus symboliques de la structure ont néanmoins été préservés, tels les hébergements, l’ancien hôpital mais surtout les 14 marches que tout immigrant devait gravir à son débarquement sur l’île. Les documents attestant du passage des immigrants, photo d’identité, provenance, lieu de naissance, caste, durée du contrat, salaire, hébergement et autres informations furent un temps conservé sur place. Ce fut suite au cyclone Carol en 1960 que les archives furent transférées. Elles sont aujourd’hui sous la responsabilité de l’Institut Mahatma Gandhi à Moka.

Contactez-Nous